Retraites à 64 ans – C’est NON !

Le Gouvernement vient d’annoncer officiellement que les Français et Françaises devront désormais travailler jusqu’à 64 ans !

POUR LA CFDT, CELA A TOUJOURS ÉTÉ NON !

LA CFDT APPELLE À LA MOBILISATION POUR DIRE HAUT ET FORT : 64 ANS C’EST NON !

Avec cette Réforme des retraites, ce sont les travailleurs les plus modestes qui vont morfler.
A 62 ans, 25% des plus pauvres sont déjà morts, contre 6% des plus riches.

Le taux d’emploi moyen des 55-59 ans est de 72,5 % , il n’est plus qu’à 30,8 % chez les 60-64 !

Cette mesure est brutale et profondément injuste. Elle va contraindre des millions de personnes à travailler plus, sans gagner plus. Ce sont les salarié·es qui ont commencé à travailler tôt et/ou qui ont souvent des carrières modestes qui vont payer le prix de cette réforme. Pire, il n’y a pas de problème dramatique de financement de notre système de retraites qui justifie une telle mesure.

Concrètement, cela signifie :
– Né·es en 1961 > 3 mois de travail en + pour rien !
– Né·es entre 1962 et 67 > de 6 à 21 mois en + pour rien !
– Né·es en 1968 et plus > 2 ans de travail en + pour rien !

Je me renseigne sur la réforme !

Une image contenant texte

Description générée automatiquement 

MOBILISONS-NOUS AUSSI EN LIGNE ! JE SIGNE LA PETITION 

Augmentations des salaires minima obtenue par la CFDT !

LA CFDT OBTIENT L’AUGMENTATION DES SALAIRES MINIMA !

Voter pour la CFDT aux élections d’entreprise lui donne du poids pour négocier dans l’entreprise, mais aussi dans notre branche des bureaux d’études. La CFDT, 1ère Organisation Syndicale de notre branche, a ainsi pu obtenir une augmentation des salaires minima de chaque classification de notre convention collective !

Le Journal Officiel ayant enfin été publié le 22 juillet, cet accord est applicable au 1er août 2022 !

Pour connaître les nouvelles grilles et le salaire minimum de votre classification : https://www.cfdt-soprasteria-i2s.com/2022/07/21/salaires-t3-2022-betic/

NB : La direction communique auprès de certains salariés qui sont au salaire minimum de leur classification en annonçant une augmentation par pure générosité de la direction, voire comme la réponse à l’inflation.

Étonnant, elle oublie de dire que la majeure partie voire la totalité de l’augmentation est due à cet accord de branche, qui impose donc ces salaires minima dans toutes les sociétés du secteur !