Un 1er-Mai historique

À bien des égards, ce 1er-Mai intersyndical et unitaire aura déjoué les pronostics. Réunissant 1 467 000 personnes dans toute la France, la treizième journée de mobilisation contre la réforme des retraites a aussi été l’occasion de découvrir le soutien massif du syndicalisme international au mouvement social français. De son côté, l’intersyndicale (réunie le 2 mai au matin) acte une nouvelle journée d’action le 6 juin, deux jours avant la présentation à l’Assemblée de la proposition de loi visant à abroger le texte.

Rarement journée internationale des travailleurs aura été l’occasion d’une telle photo de famille. Traditionnellement célébrée dans la plupart des pays du monde, le 1er-Mai a toujours été l’occasion d’importantes manifestations du monde du travail pour les droits des travailleurs. Alors qu’en Europe cette édition 2023 s’inscrivait sous le signe de la colère sociale (en Angleterre, mais aussi en Allemagne, où d’importants mouvements de grève ont lieu depuis l’automne contre l’inflation), en France, les syndicats avaient choisi de faire de cette date symbolique leur treizième journée de mobilisation contre la réforme des retraites. Près de 300 cortèges prévus partout en France ont rassemblé 1 467 000 personnes (chiffres CFDT), bien au-delà des attentes.

« On a un 1er-Mai historique, je peux le dire », lançait d’ailleurs Laurent Berger avant même le départ du cortège parisien. Lui qui appelait il y a quelques jours encore à « casser la baraque » voit dans « ce gros succès de la mobilisation le rejet de la réforme et l’aspiration des travailleurs à être considérés autrement par le gouvernement ». 

l est 14 heures quand les premiers chiffres de la matinée remontent : alors que les rassemblements du 1er-Mai rassemblent d’ordinaire quelques centaines de milliers de personnes dans toute la France, le million est en passe d’être atteint, et ce, alors que les grandes villes n’ont pas encore commencé. Déjà, 910 000 personnes dans 157 des 227 villes recensées par la CFDT, avec des mobilisations toujours très fortes dans les villes moyennes :  12 000 à Albi, 25 000 à Nîmes et Strasbourg, 1 600 à Bastia ou encore 10 000 à Lorient. Les sourires s’affichent sur les visages alors que s’élance la manifestation parisienne.

Solidarité syndicale internationale

Oui, ce 1er-Mai unitaire et intersyndical (pour la première fois depuis 2009) est, de fait, historique. Et à plus d’un titre. À Paris, une cinquantaine de représentants syndicaux (dont la secrétaire générale de la Confédération européenne des syndicats [CES], Esther Lynch, et le secrétaire général par intérim de la Confédération syndicale internationale [CSI], Luc Triangle) se tiennent aux côtés des organisations syndicales françaises pour dire leur solidarité avec le mouvement social contre la réforme des retraites. « Je suis là pour apporter la solidarité des 50 millions de travailleurs de toute l’Europe, affirme Esther Lynch, aux côtés de Laurent Berger dans le carré de tête parisien. Les travailleurs ne doivent pas payer le prix de la crise. Nous appelons à un dialogue social très fort avec une solidarité avec les syndicats français. »

À quelques mètres de là, la Fédération italienne des ouvriers métallurgistes (FIOM-CGIL) s’émeut du mouvement social français. « Cette capacité de mobilisation dans la durée et l’unité, c’est un cadeau énorme que les syndicats français ont fait aux travailleurs de l’Europe entière, et une grande leçon de combativité », affirme leur représentante Valentina Orazzini.

Une cinquantaine de représentants syndicaux internationaux ont fait le déplacement à Paris ce 1er mai 2023

Quelles suites pour l’intersyndicale ?

Historique, ce 1er-Mai l’est aussi tant il aura déjoué tous les pronostics de longévité de l’intersyndicale, que d’aucuns auraient aimé voir se fissurer dès les premiers jours de la mobilisation. « Il y a une volonté de maintenir l’intersyndicale, notamment sur des revendications communes, réaffirme Laurent Berger, au même titre que ses homologues syndicaux. On a fait la preuve de notre maturité et de notre capacité à travailler ensemble pour élaborer un rapport de force. On mène l’intersyndicale depuis le début sur deux éléments : un mot d’ordre commun “Non aux 64 ans” et sur le fait d’annoncer ensemble ce qu’on allait faire ensuite. On décidera donc ensemble demain des suites », explique le leader CFDT.

L’intersyndicale, réunie ce 2 mai au matin, doit notamment discuter des suites de la mobilisation dans la perspective de la décision du Conseil constitutionnel autour du RIP (référendum d’initiative partagée) attendue le 3 mai et de la proposition de loi du groupe Liot, début juin, qui pourrait permettre d’avoir un premier vote à l’Assemblée nationale sur le texte. « Nous appelons unitairement nos organisations à aller rencontrer les députés partout pour les appeler à voter cette proposition de loi. Dans ce cadre, l’intersyndicale appelle à multiplier les initiatives avec notamment une nouvelle journée d’action commune, de grèves et de manifestions le 6 juin prochain permettant à l’ensemble des salariés de se faire entendre des parlementaires », explique l’intersyndicale dans un communiqué commun daté du 2 mai.

Quant à la proposition d’Élisabeth Borne de discuter en bilatérales avec les partenaires sociaux (invitation encore non formalisée par la Première ministre pour l’heure), la CFDT a indiqué qu’elle irait, conditionnant la reprise du dialogue à certaines conditions. Avant de s’adresser à l’exécutif : « Si vous voulez qu’on discute, il va falloir que vous soyez à la hauteur sur la méthode et que vous mettiez sur la table plusieurs points sur l’organisation du travail. Sinon, ce sera sans nous. »

Age de départ à la retraite des travailleurs handicapés

Résumé sur les impacts du projet de retraites pour les personnes en situation de handicap. 

Tout n’a pas forcement balayé sur la question mais seulement les grandes lignes.

Pour aller droit au but  :

– Tout va dépendre du niveau du handicap et de la source du handicap : accident travail, maladie professionnelle ou accident/maladie de la vie

– Quelle que soit sa situation, l’âge n’est pas le seul critère pour bénéficier de ces mesures, il faut remplir les critères de taux d’incapacité et de la durée de cotisation en nombre de trimestres qui dépendra de l’année de naissance et de l’âge choisi pour partir.

Chacun doit donc se renseigner pour son propre cas.

Voici les grandes lignes :

Personnes handicapées – Incapacité permanente > 50 % sur les périodes cotisées

Départ anticipé à 55 ans maintenu mais il faut remplir les conditions restrictives suivantes:

  • Cotiser 130 trimestres d’assurance, soit 30 ans, ce qui sous-entend une entrée dans la vie professionnelle à 25 ans, sans interruptions durant la carrière. 
  • Un nombre « plancher » de 110 trimestres est également fixé,
  • Durant l’ensemble de ces périodes cotisées, il faut pouvoir justifier d’un taux d’incapacité permanente d’au moins 50 %.

(NB : 50 ans si exposition à l’amiante pendant 17 ans)

Accident du travail et maladie pro

– taux incapacité >ou = 20%

Les victimes d’accident du travail ou d’une maladie professionnelle vont pouvoir continuer à partir en retraite anticipé à l’âge de 60 ans, à taux plein, si elles justifient d’un taux d’incapacité (IP) d’au moins 20 %.

– taux incapacité entre 10 et 19 %

Pour celles ayant un taux d’IP compris entre 10 et 19 %, l’âge va reculer de 60 à 62 ans, (constituant par rapport à 64 ans un pseudo “départ anticipé” selon le gouvernement) . Le nombre de victimes bénéficiaires devrait toutefois augmenter. Les parlementaires ont, en effet, réduit de 17 ans à 5 ans la durée d’exposition à certains facteurs de risques professionnels (seconde condition exigée pour pouvoir bénéficier de la retraite anticipée avec un taux d’IP de 10 à 20 %).

Pensionnés d’invalidité 

La pension d’invalidité prend fin lorsque l’on atteint 62 ans et est remplacée par la retraite au titre de l’inaptitude au travail avec un taux de liquidation de 50 % (ce qu’on appelle le taux plein), le maximum possible même si on ne justifie pas des trimestres d’assurances nécessaires.

Bon à savoir: Le point de départ du remplacement par la retaite est fixé le premier jour du mois qui suit l’âge légal de 62 ans. La substitution est obligatoire, sauf si l’assuré exerce une activité professionnelle, ou s’il est en recherche d’emploi à l’âge légal de départ à la retraite. En choississant de rester en activité ou en recherche d’emploi, la salarié continue de percevoir sa pension d’invalidité, il valide des trimestres de cotisations qui donnent droit à des points de retraite complémentaire. 

Personnes avec RQTH

Pour les personnes ne remplissant pas les critères permettant un départ anticipé (50, 55, 60, 62 ans), l’âge de départ à taux plein va être décalé de 62 à 64 ans.

Tous les travailleurs handicapés ne remplissent pas les conditions administratives et médicales pour bénéficier des dispositifs dérogatoires existants, au titre du handicap ou des carrières longues. Ils ne sont pas assez sévèrement atteints pour avoir droit à la retraite pour inaptitude mais, souvent, trop abîmés pour pouvoir continuer à travailler.

Encore des raisons de se mobiliser le 1er mai contre cette réforme injuste !

 

 

 

Laurent berger quitte la CFDT !

Après un peu plus de dix années passées à la tête de la CFDT, Laurent Berger vient d’annoncer au Bureau national sa décision de quitter ses fonctions de secrétaire général dès le 21 juin prochain.
https://www.syndicalismehebdo.fr/article/laurent-berger-annonce-son-depart

                                                                                                                                                                                 –! Pour

FLASH INFO: DEMAIN MIDI, Venez échanger sur le télétravail avec vos élus CFDT !

                                                                                                                                                                                 –! Pour participer à la réunion Zoom :
https://us02web.zoom.us/j/85896050505?pwd=QjFyTm1PL2J4UHgwZmhiK0JETUhsZz09
Trouvez votre numéro local : https://us02web.zoom.us/u/kb12VHVWvZ
ID de réunion : 858 9605 0505
Code secret :  285038

La fiche de paie & enquête CFDT

                                                                                                                                                                                 –! 

Retraites : La mobilisation continue demain 28 mars !

L’ampleur de la mobilisation du 23 mars, avec 2,5 millions de travailleurs et travailleuses dans la rue, a démontré l’opposition de la population à l’adoption de la loi par 49.3 ainsi qu’aux non-réponses du président de la République.

Nous le répétons : il n’y a pas de voie de passage, ni d’acceptation du report de l’âge de départ à 64 ans.

Il est temps que le gouvernement l’entende !

La CFDT Sopra Steria appelle les salarié.e.s à une 10ème journée de mobilisation nationale dans le calme le MARDI 28 MARS !

Soyons massivement dans la rue pour obtenir le retrait des 64 ans !

Rejoignez-nous demain 28 mars !

TROUVER LE POINT DE MOBILISATION LE + PROCHE DE CHEZ VOUS

(Mise à jour en continu)